Première naissance après une greffe d’utérus

© Shutterstock
© Shutterstock

Grâce à une greffe d’utérus, une suédoise de 36 ans atteinte d’une absence congénital d’utérus, a donné naissance à un garçon de 1.775 kg au mois de septembre après 31 semaines de grossesse.

Un exploit médical de portée mondiale

Cette prouesse scientifique a été réalisée par une équipe suédoise conduite par la professeur Mats Brännström, spécialiste en gynécologie obstétrique à l’université de Gothenburg, après plus de dix années de recherche.

En 2013, la patiente a reçu une greffe d’un utérus provenant d’une amie agée de 61 ans et menopausée depuis 7 ans. La jeune femme, dont les ovaires étaient intacts, pouvait produire des ovules qui ont été fécondées par fécondation in vitro. Onze embryons ont pu être produits et congelés. Une année après la transplantation de l’utérus, un seul embryon a été transféré engendrant une grossesse. Le développement du fœtus se déroulait normalement jusqu’à la 31 ème semaine de grossesse(soit presque 8 mois), où la jeune femme a du être hospitalisée en raison d’une pré-éclampsie, et a subi une césarienne.  La mère en l’enfant, après 10 jours d’hospitalisation, sont ressortis en bonne santé.

La patiente suédoise ne pourra cependant pas conserver l’utérus transplanté plus de deux grossesse. En effet, des chercheurs du journal de médecine britannique The Lancet précisent que « la greffe d’utérus est aussi la première greffe éphémère ». Ceci afin d’éviter les effets secondaires liés à la prise prolongée de médicaments antirejet, obligatoire en présence d’un greffon.

Une perçée majeure dans la lutte contre l’infertilité

Avant cette réussite médicale, d’autres tentatives de greffes avaient été faites, avec des utérus provenant de donneuses vivantes ou non. La première en 2000 en Arabie Saoudite et la seconde en Turquie en 2011. Mais aucune n’avait dépassé les 3 mois de grossesse

Ainsi, la naissance du premier enfant développé dans un utérus greffé, bien qu’elle ait eu lieu prématurément et par césarienne, reste un exploit scientifique. C’est une « démonstration de faisabilité » de la grossesse via un utérus greffé, décrite dans le journal The Lancet publié le 4 octobre 2014.

La patiente est l’une des neufs suédoises ayant reçues une greffe d’utérus de donneuse vivante en 2013. Comme sept d’entre elles, elle était atteinte du syndrôme MRKH conduisant à l’absence totale ou partielle du vagin et de l’utérus. Cette pathologie touche une femme sur 5000 à la naissance. D’après The Lancet, 12 000 femmes au Royaume Uni sont infertiles à cause d’un problème utérin, leur nombre étant comparable en France. L’absence d’utérus était la seule cause d’infertilité sans possibilité de traitement. De fait, ce succès est le premier espoir de grossesse naturelle pour de nombreuses jeunes femmes nées sans utérus, souffrant d’une malformation ou ayant subi une ablation de l’utérus suite à un cancer. Cette solution pourrait éviter à certaines le recours à une mère porteuse.

Une avancée scientifique soulevant des questions éthiques

A l’instar des autres organes non vitaux (visage, main…), la greffe d’utérus est un domaine de recherche récent. En France, une équipe du CHU de Limoges y travaille sur les brebis, sous la direction du professeur Pascal Piver et du chirurgien Tristan Gauthier. Le professeur René Frydman, père scientifique du premier bébé éprouvette français a déclaré sur France Info que cet exploit médicale « ouvre des perspectives mais pose également des questions éthiques ». De fait, même si la greffe d’utérus pourrait éviter le recours à une mère porteuse, elle soulève la question de la relation entre la mère, la donneuse et l’enfant. En Suède, les donneuses pour la greffe d’utérus «  peuvent être des donneuses vivantes, provenant de l’entourage de la patiente, et ça mérite simplement qu’on y réfléchisse »  a-t-il expliqué. A la différence des médecins suédois les médecins français prélèveront les utérus sur des jeunes femmes décédées.

Sources : Naissance du premier enfant conçu après une greffe d’utérus. Le Monde.fr. http://www.lemonde.fr/sante/article/2014/10/04/naissance-du-premier-enfant-concu-apres-une-greffe-d-uterus_4500344_1651302.html (1 novembre 2014). Première mondiale : une femme ayant reçu une greffe de l’utérus donne naissance à un enfant. Sciences et vie. http://www.science-et-vie.com/2014/10/femme-greffee-luterus-met-au-monde-enfant-premiere-fois-au-monde/ (1novembre 2014). Première naissance d’un bébé conçu après une greffe d’utérus. L’express. http://www.lexpress.fr/actualite/societe/sante/premiere-naissance-d-un-bebe-concu-apres-une-greffe-d-uterus_1607852.html (1 novembre 2014).