Test urinaires THC: quel avenir pour ces tests rapides ?

© Shutterstock
© Shutterstock

Le cannabis est le produit illicite le plus consommé en France avec pas moins de 13,4 millions d’expérimentateurs dont plus de 4,5 millions sont fumeurs occasionnels et 1,2 millions sont fumeurs réguliers. La loi française interdit la production, la détention, la vente, l’achat et l’usage du cannabis. La loi « Marilou » de 2003 prévoit d’ailleurs des contrôles aléatoires et un test obligatoire en cas d’accident mortel/corporel. Néfaste pour la santé physique comme psychique, il s’agit d’un problème majeur de santé publique. Le budget en 2012 pour lutter contre la toxicomanie était de 1,5 milliards d’euros.

Malgré des chiffres de consommation relativement importants, les français sont conscients des risques qui y sont associés puisque la moitié des français considère le cannabis dangereux dès l’expérimentation, et 70 % de la population estime que fumer du cannabis conduit à consommer des drogues plus dangereuses par la suite.

Ainsi, depuis février 2014, des tests permettant l’autodépistage du cannabis dans les urines sont en vente dans les bureaux de tabac, en phase d’essai chez 3 000 buralistes. Le test s’adresse avant tout aux fumeurs occasionnels, afin de leur permettre de savoir s’ils sont toujours sous l’influence du THC, dont l’élimination de l’organisme peut prendre plusieurs jours. Selon la Sécurité routière, les conducteurs positifs au cannabis représentent 13,4 % des accidents mortels. L’objectif de cet essai est de sensibiliser les fumeurs aux dangers de prendre la route après avoir fumé.

Les buralistes représentent le premier commerce de proximité avec 27 500 points de vente, ouverts 13 heures par jour de six à sept jours sur sept. De plus, il mettent déjà à la disposition des consommateurs un large éventail de produits liés à la consommation du cannabis (feuilles à rouler, grinders, balances de précision…), ce qui en fait un lieu propice à la vente de ces autotests. En revanche, un sondage a révélé que 60% des gens préfèreraient acheter ce type de test en pharmacie, suivi par les grandes surfaces (22%) et les bureaux de tabac (12%). Les rôles de conseil, de prévention et d’éducation thérapeutique associés au métier de pharmacien justifient cette préférence. Avec un maillage territorial des pharmacies se rapprochant de celui des bureaux de tabacs avec plus de 22 000 officines, ces dernières représentent la cible idéale pour conquérir le marché des autotests en France auprès du grand public.

Clémentine Legros

Sources (mars 2015):

  • Sondage mené en ligne par les étudiants du MsM de l’ESCP – 762 réponses
  • LIBÉRATION : Des tests de dépistage du cannabis en vente libre dans les tabacs
  • OBSERVATOIRE FRANÇAIS DES DROGUES ET DES TOXICOMANIES – Synthèse thématique : cannabis