Innovation technologique : dépister le VIH à l’aide d’un Smartphone

© Shutterstock
© Shutterstock
Avec le développement des applications de santé mais aussi des objets connectés, notre téléphone portable devient un accessoire privilégié de notre santé. Une équipe de chercheurs menée par Samuel K. Sia, Professeur à l’Université de Colombia à New York et spécialiste de l’ingénierie biomédicale, a mis au point un accessoire pour smartphone, nommé « dongle »,  capable de détecter la présence du virus du VIH ou de la syphilis dans une seule goutte de sang.

 

Des essais en vie réelle

L’objectif premier du Professeur Sia et de son équipe était de miniaturiser le matériel de diagnostic pour le dépistage d’infections sexuellement transmissibles (IST) pour  permettre un dépistage précoce et mettre en place rapidement un traitement afin de réduire les risques de transmission de la mère à l’enfant. L’étude permettant l’essai et la mesure de l’efficacité de cette invention s’est déroulée au Rwanda, l’une des régions du monde la plus touchée par la pandémie, sur 96 femmes, dans le cadre d’une campagne de dépistage du virus du sida et de prévention de la transmission du sida de la mère à l’enfant. L’essai a demandé aux personnels soignants une formation de 30 minutes pour apprendre à se servir de cet outil. Les résultats ont monté une efficacité comprise entre 92 et 100%.  De plus, la grande majorité des patients testés (97%)  se sont montrés satisfaits et ils recommanderaient le « dongle », du fait de son temps d’utilisation rapide (15 minutes) et de sa capacité à offrir des résultats simultanément  pour plusieurs maladies.

Un procédé fiable et rapide

Pour la première fois, un dispositif reproduit donc de manière simultanée en 15 minutes toutes les fonctions mécaniques, optiques et électroniques d’un test sanguin en laboratoire. En effet, l’appareil effectue un dosage immuno-enzymatique (ELISA) sans nécessiter d’énergie stockée puisqu’il utilise celle du Smartphone. Le dépistage est triple : anticorps anti-VIH, anticorps spécifique des tréponèmes pour la syphilis et anticorps non tréponèmiques pour l’infection à la syphilis active.  Accessoire innovant, l’appareil se connecte facilement à un Smartphone ou à un ordinateur via la prise audio de ces derniers et permet donc un dépistage simple et rapide par une simple piqûre au doigt. Son prix est estimé autour de 30€, ce qui est un prix bien plus faible que l’équipement des tests ELISA et de même ordre de grandeur que les autotests VIH qui seront vendus en pharmacie (entre 15 et 30€).

Et maintenant ?

Désormais, l’objectif à terme est de rendre accessible des diagnostics de laboratoire, qui peuvent être long, couteux et difficiles d’accès, à presque toutes les populations qui ont accès aux Smartphones. Cette innovation technologique faciliterait donc le dépistage et pourrait permettre de lutter contre l’expansion des IST. L’équipe espère commercialiser ce dispositif rapidement et pouvoir faciliter le travail des ONG dans les pays les plus pauvres, mais aussi permettre à chacun de contrôler régulièrement son statut sérologique. Problème majeur de santé publique, Fin 2013, on comptait environ 35,0 millions de personnes vivant avec le VIH, dont 2,1 millions de nouvelles infections dans le monde. (Données OMS)

 


 

Sources

 

http://engineering.columbia.edu/smartphone-finger-prick-15-minutes-diagnosis—done-0

http://www.lesechos.fr/industrie-services/pharmacie-sante/0204141012372-depister-le-sida-en-15-minutes-sur-son-smartphone-bientot-possible-1090992.php

http://www.sciencesetavenir.fr/sante/20150205.OBS1735/depister-le-sida-et-la-syphilis-en-15-minutes-a-l-aide-d-un-smartphone.html 

http://www.who.int/mediacentre/factsheets/fs360/fr/